Frayeur

motif de la frayeur : Apparaît dans plusieurs scènes de l’opéra, mais il est surtout présent lors de la Rhapsodie de la deuxième scène du premier acte. Ce motif est attaché exclusivement au personnage de Wozzeck. La frayeur est celle qui résulte des halucinations dont il est l’objet. Ce motif consiste en une descente chromatique et rapide de 4 sons.

Il apparaît d’abord sous la forme d’une brève cellule jouée par les hautbois au début de ma scène de la campagne :

Puis est distribué successivement dans plusieurs groupes d’orchestre en cascades descendantes :

Enfin, il est martelé de façon assourdissante par 4 timbales :

© With kind permission by UNIVERSAL EDITION A.G., Wien

3 Responses to “Frayeur”

  1. Philippe Manoury» Blog Archive » I.4. Chez le Docteur (1) : Passacaille Says:

    […] ensuite, une descente de 4 notes chromatiques que nous connaissons depuis la Rhapsodie : le motif de la frayeur, et enfin, le matériel harmonique, constitué par ces trois voix parallèles, qui n’est autre […]

  2. Philippe Manoury» Blog Archive » I.4. Chez le Docteur (2) : Passacaille Says:

    […] forme mélodique, nous la connaissons bien. C’est le motif de la frayeur que nous avons entendu aux timbales dans la Rhapsodie au moment des hallucinations […]

  3. Philippe Manoury» Blog Archive » Wozzeck Says:

    […]                 Frayeur […]

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.