Wozzeck

Le motif de Wozzeck : Ce motif n’est pas d’une très grande importance dans cet opéra. Il apparaît le plus souvent pour signifer une entrée ou une sortie du personnage, mais n’est pas exploité dramatiquement. C’est surtout le mitif du Mahleur qui est attaché au personnage de Wozzeck. Ce motif est, le plus souvent, joué dans un tempo rapide. Il est constitué de 6 notes, tournant sur elles-mêmes et se terminant par un descente de neuvième mineure.

À la mesure 426 au premier acte, il souligne l’entrée abrutpe de Wozzeck chez Marie, alors perdue dans ses rêveries :

À la fin de cet épisode, lorsque Wozzeck part aussi rapidement qu’il était arrivé, le même groupe d’instruments (clarinettes et bassons) jouent furtivement ce motif, mais renversé :

On le retrouve également dans la Passacaille (mesure 523 et suivantes) lorsque Wozzeck parle de sa “nature” :

À la fin du dernier acte, lors du dernier interlude symphonique (mesure 342 et suivantes), il est l’objet d’un petit traitement motivique par constitution progressive et accelerations des valeurs rythmiques :

One Response to “Wozzeck”

  1. Philippe Manoury» Blog Archive » I.4. Chez le Docteur (2) : Passacaille Says:

    […] motif de Wozzeck  à la voix. C’est un des rares moments de l’opéra où Wozzeck chante son propre […]

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.