Voici une description complète de cet événement.

En violet sont mes commentaires :

3fcC_wavetable 0  Ici on charge une nouvelle table d’onde pour changer le timbre de la 3ème voix de synthèse 3F

abort $p_spireA  Arrêt du processus qui consistait à déclencher des mouvements spatiaux en spirales.

0.1s $p_spireA := ::spirale2_open(1, 1, 1,5, -2, -0.08, 20, 90)  Nouveau processus en spirale sur le spatialisateur 1 : partant de 1m pour s’éloigner sur 1,5m, ralentissant de 2 tours /sec à -0.08 tours/sec dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, le tout en 20 secondes et partant d’un azimut de 90°/. Il est à noter que ce processus porte le même nom que l’ancien ($p_spireA), ce qui n’est pas un problème, puisque l’ancien a été tué et n’existe plus. Dans le cas contraire il y aurait un conflit entre 2 processus qui agiraient de façon chaotique sur le même effet : le trajet de spatialisation.

abort $p_spireB  Processus similaires aux précédents pour le spatialisateur 2 mais tournant en sens inverse.
0.1s $p_spireB := ::spirale2_open(2, 1, 5,2, 0.08, 15, 90)

 

abort evt7

Cette opération tue le Group de l’événement précédent qui consistait à faire évoluer certain paramètres de la voix de synthèse 3F. Dans le cas ou il faudrait passer rapidement sur les événements précédents (comme cela se présente souvent en répétition), nous sommes sûr que le calcul initié précédemment est arrêté. Une fois les processus de calculs arrêtés dans la commande précédente, le GROUP suivant a la charge de mettre tous les paramètres aux valeurs qu’ils auraient eu à la fin de ces calculs.

GROUP evt7_bang
{
1smer ambitus 10
1smer base-pitch 108
1sy3f maxFreq 7
1sy3f attack 2
1sy3f ampJitter 1
1sy3f Outgain -2
}

GROUP piano_freq_shift_evt8           Entrée du frequency-shifter dans le piano
{

input 120
piano_freqshift mix 44 , freq 181.0 , pos_neg_mix 50 La variable mix contrôle le rapport son du piano/son transformé (à 50 c’est uniquement le son transformé que l’on entend). La fréquence de transformation est de 181.1 Hz, c’est-à-dire un peu plus bas qu’un fa# (185 Hz, 2e ligne en clé de fa). Donc lorsque le piano jouera le fa# on entendra une légère modulation de 4 Hz. La variable pos_neg_mix règle les sorties positives et/ou négatives. À 50 les sorties sont uniquement négatives et positives chacune à 50% (on obtient donc une modulation en anneaux), à 100 les sorties sont positives, et à 0, négatives.
@s(5, -156, 1) ; spat2, az, dist  Position spatiale du frequency-shifter à 156° et 1 m de distance
@prer(5, -36)  Room présence ou présence de la salle dans le spatisalisateur (détermine le niveau de réverbération)
     $p_cercle6 := ::cercle_init(5, -0.08, 1, 0, -45)  La sortie du frequency-shifter effectue une très lente rotation autour du public dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

}

Voici maintenant le groupe principal, celui qui va faire descendre les 2 voix de synthèse de l’extrême aigu pour rejoindre les sons lents graves des voix 3 et 4. Je montrerai, pas à pas, l’effet sonore de ces variations de paramètres.

GROUP evt8
{

1smer tempo 34 , tempo -17 20000  Le tempo de la première chaine de Markov diminue de 34 à -17 (très lent). Voici ce ralentissement. Les autres paramètres ne changent pas :

1smer ambitus 10 , ambitus 1 (19000 + @rand(2000))  L’ambitus qui contractait les pitchs dans un petit intervalle (1/10 de ton) se rétrécit au maximum (sur une seul note) . Le voici superposé au ralentissement précédent :

1smer base-pitch 108 , base-pitch 60 (19000 + @rand(2000)) Cette note (ambitus 1) est donnée par la variable base-pitch qui glisse de 108 (note aiguë du piano) à 60 (do du milieu) :

1smer transposition 10 , transposition -6 (19000 + @rand(2000)) Superposé au glissement précédent, tous les mouvements markoviens subissent une transposition jusqu’à une quarte augmentée en dessous de leur valeur initiale :

1sy3f maxFreq 5 , maxFreq 12 (19000 + @rand(2000)) Le nombre de partiels pour chaque sons augmente de 5 à 12 :

1sy3f attack 5 , attack 2 (19000 + @rand(2000))    Les temps d’attaques se rétrécissent à 2ms. L’effet n’est pas très audible, donc il n’y aura pas d’enregistrement.

1sy3f durCoeff 12 , durCoeff 40 (19000 + @rand(2000))  La variable durCoeff augmente à 40, ce qui signifie que les durées des sons iront en s’allongeant :

1sy3f Proba 100 , Proba 5 (19000 + @rand(2000))  La variable Proba se réduit à 5 ce qui a pour effet que les spectres vont devenir très différents les uns des autres

1sy3f F2offset 20 , F2offset -12 (6000 + @rand(2000))  La 2e fréquence pour le calcul des spectres glisse de 20 à 12. C’est-à-dire qu’elle correspond à une transposition du pitch choisit par le chemin markovien. Ici la transposition sera  de 20 demi-tons, puis glissera vers le grave jusqu’à une octave au dessous. La conséquence sera que cette 2e fréquence étant de plus en plus grave, les spectres seront eux aussi composés de partiels de plus en plus graves.

1sy3f F3offset 14 , F3offset -24 (6000 + @rand(2000))  Le même effet est produit ici pour la 3e fréquence mais avec des indices de transposition différents (ici il descendent jusqu’à deux octaves en dessous). Voici l’enregistrement avec les glissement des fréquences F2 et F3 :

1sy3f Outgain -2 , Outgain -14 (10000 + @rand(2000))  Decresendo progressif.

 

A noter que les valeurs de temps sont toutes affectées d’une valeur aléatoire, comprise entre 0 et 2 secondes, ce qui donne des arrivées non-synchronisées pour chaque paramètre .

Toutes ces opérations concernaient la première voix de synthèse qui, en descendant vers le grave, rejoignaient les les 3e et 4e voix. En fait, les valeurs auxquelles aboutissent ces paramètres sont identiques à celles qui contrôlent la 3e voix. C’est ainsi que je conçois d’explorer ces zones d’attractions qui font que certaines voix en attirent d’autres en accordant chacun de leurs paramètres aux siennes. On peut voir, dans le tableau ci-dessous, les paramètres de la première voix (en haut) et de la troisième (en bas) et constater que, si les paramètres ne sont pas toujours exactement égaux, il sont proches.

2s        2smer tempo 34 , tempo -15 15000  Après un délai de 2 secondes, c’est au tour de la deuxième voix de descendre suivant les mêmes procédures que pour la première.

2smer ambitus 10 , ambitus 1 (19000 + @rand(2000))

2smer base-pitch 108 , base-pitch 60 (19000 + @rand(2000))

2smer transposition 10 , transposition -12 (19000 + @rand(2000))

2sy3f maxFreq 5 , maxFreq 12 (19000 + @rand(2000))

2sy3f attack 5 , attack 2 (19000 + @rand(2000))

2sy3f durCoeff 12 , durCoeff 40 (19000 + @rand(2000))

2sy3f Proba 100 , Proba 5 (19000 + @rand(2000))

2sy3f F2offset 20 , F2offset -12 (6000 + @rand(2000))

2sy3f F3offset 14 , F3offset -24 (6000 + @rand(2000))

2sy3f Outgain -2 , Outgain -14 (10000 + @rand(2000))

}

Comme à l’accoutumée, les délais figurant dans ce groupe seront ignorés, ainsi que toutes les transitions de paramètres, lors d’un passage rapide sur cet événement, grâce à une commande “abort evt8” dans l’événement suivant. Il faudra juste veiller à mettre les valeurs d’arrivées de ces transitions pour chacun des paramètres.

Comments are closed.